Aujourd’hui dans les Decks du Jour, nous allons parler d’une liste qui a survécu de la meilleure des manières au changement de méta. A l’annonce de la sortie de ce bon vieux Carniflore, la communauté a oscillé entre la frustration ultime de jouer contre et le plaisir infini de la poser en fin de partie et de voir votre adversaire fondre sous les dégâts que vous lui infligez. Désormais, tout cela est possible grâce à une liste remise au goût du jour qui cartonne à la fois sur le ladder et en tournoi : Le Chaman Carniflore.

CODE DU DECK

AAECAaoICP8F08UCnOICq+cCw+oCp+4C7/cCmfsCC4EE9QTeBf4Fsgb7DJfBAsfBApvLAvPnAu/xAgA=

Introduction

Même s’il ne s’agit plus d’une liste god-tier dans la méta actuelle, comme le Démoniste Pair ou encore le Guerrier Contrôle, le Chaman Carniflore continue encore et toujours de surprendre de par sa fiabilité. Que ce soit pour grimper follement le ladder ou pour réaliser de bonnes performances en tournoi, ce bon vieux Carniflore est encore et toujours au rendez vous malgré la domination des listes orientées sur le contrôle.

Mécanique

Bien que la dynamique impaire ne soit plus à présenter, il est tout de même assez important de mentionner que ce deck repose très largement sur le contrôle et sur un jeu orienté vers le late game. En effet, Shudderwock et Hagatha sont des cartes qui nécessitent soit un gros build up pour être efficace, soit tout simplement de rester longtemps sur le terrain pour gagner en value au fil des tours. Ce sera donc à vous de bien faire attention à ne pas vous précipiter et à compter vos tours pour ne pas vous retrouver à courts d’arguments en very late game. Je crois que tous les joueurs du ladder vous le diront, mais un Chaman qui garde sa carte de gauche pendant plus de 25 tours est une véritable horreur, le principe étant que votre Shudderwock gonflera au fil des cartes « Cris de guerre » que vous développerez lors de la rencontre. Plus vous en jouerez, plus Shudderwock fera mal. Généralement, si vous arrivez à lui faire reproduire plus de 6 ou 7 cris de guerre (incluant celui de Grumble qui remontera Shudderwock dans votre main!), la partie sera proche d’être gagnée. Aucune liste, aussi contrôle soit-elle, ne peut encaisser un Shudderwock qui n’en finit pas de vous vomir tous les cris de guerre du deck au visage.

Pour bien débuter une partie en Chaman Impair, il convient bien évidemment de jouer Keleseth au tour 2. C’est comme ça, c’est une convention tacite entre tous les joueurs du ladder, Keleseth doit être joué au tour 2. Une fois chose faite, le tout sera de progressivement développer tous vos cris de guerre pour faire grossir Shudderwock. Si votre adversaire se montre impatient, pas de panique ! Contentez vous de le relaxer avec vos Hex et autre Healing Rain qui sauront, à coup sûr, calmer ses ardeurs de face de la meilleure des manières qui soit. Contentez vous alors de piocher petit à petit grâce à vos Acolytes of Pain et vos Mana Tide Totem tout en faisant bien attention de ne pas trop temporiser un adversaire bien en jambes. La pioche vous sera utile, mais si votre opposant réalise une bonne sortie en vous prenant de vitesse au tour 6 ou au tour 7, vous devez pouvoir être en mesure de contrer son agression par une défense solide. Vos arguments offensifs ne prendront racine qu’en fin de partie en ce qui vous concerne. Electra Stormsurge sera également un excellent argument défensif, surtout si vous parvenez à lui faire dupliquer une Tempête de Foudre ou une Healing Rain. Pour ce qui est du reste du deck, si l’on oublie Zola la Gorgonne qui agira peu ou prou comme Grumble dans la mécanique générale, les deux Volcan sont présents pour vous assurer une bonne tenue du plateau même contre un adversaire en avance sur votre sortie.

Mulligan

Concernant le Mulligan, cherchez toujours à récupérer Keleseth. Que de surprises ! Si jamais ce dernier se montre réticent et préfère bouder au fond de votre deck, privilégiez un Acolyte de la Souffrance ou un Glacial Shard pour bien débuter la partie.

 

 

Kammelin